Salut bande de poulpes!

Un petit billet rapide pour vous présenter une bafouille réalisée il y a quelque temps, et que j’ai enfin en version scannée tout beau tout propre.

La encore, je suis partie d’une repro sur papier effet-cuir pour le retravailler entièrement à la main, l’idée étant de chercher des idées de background cyberpunk.

Ici un print-art d’un portrait de femme touareg, transformé en cyber-nomade. Avec sa coiffe datajack. L’idée est partie d’un petit commentaire lu sur facebook par un certain contact qui se reconnaîtra s’il passe par là (coucou!), Voici ce qu’il disait :

Purée, je veux un jeu cyberpunk à la Gibson où je serai une larve connectée jour et nuit dans un vieux drive-in de Neo-Tokyo. Obligé de me droguer pour rester efficace et calmer les vifs maux de tête. Je vivrai en spammant de la pub partout dans le cyberspace.

A défaut de pouvoir réaliser un jeu si palpitant, lire ça, m’a tout de suite inspiré un cyber-nomade avec une coiffe connectée sur les réseaux. dédaignant sa vie IRL pour se fondre dans la matrice, voyageant d’un serveur à l’autre, squattant et vivant de spammage et hackage. On pourrait les trouver dans les vieux boui-boui des bas-fonds et louer leur service pour quelques crédits. Vous cherchez une information? Vous voulez hacker un serveur? Le datajack de quelqu’un que vous n’aimez pas, il le fait pour vous. Il n’ont plus d’identité, vivent sous un pseudo, n’ont plus aucune trace sociale réelle, ayant pris soin d’effacer  leur vie IRL. Il se nourrisse de peu, son souvent perché de drogue et de puces psychoactive.

Voici donc le résultat de ce petit délire:

cyber-nomadecyber-nomade 2

Chaque câble a été travaillé un par un, à coup de feutre, d’encre et de posca. Ce fut long et fastidieux ^^ J’espère que le résultat vous plaît!

Vous pourrez bien sur retrouver cette production en print-art sur scociety-6 et « l’original » dans mon shop.

Je vous dit à bientôt pour d’autre aventures!

Publicités